Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2015 6 08 /08 /août /2015 08:50
Soigner le désespoir ? - " Et Nietzsche a pleuré", Irvin Yalom
Soigner le désespoir ? - " Et Nietzsche a pleuré", Irvin Yalom

Certains philosophes ne peuvent pas être aisément abordés par la face nord. Comme l'himalaya.

 

Alors il convient de lire sur eux avant de les lire. De préparer la rencontre. C'est le cas de Spinoza, c'est le cas de Nietzsche, sans doute. Deux penseurs que j'aime, mais sur lesquels encore aujourd'hui, plus de vingt ans après les avoir découverts, j'ai souvent besoin de passer par des éclairages extérieurs pour en appréhender mieux certains versants.

 

C'est peut-être avec cette générosité là de passeur qu'Irvin Yalom, romancier-psychanalyste, écrit ses romans. Après le très réussi " Le problème Spinoza", j'ai lu "Et Nietzsche a pleuré", meilleur encore.

 

Yalom n'est pas un grand styliste. Bien qu'il soit clair, et que la première vertu du styliste soit la limpidité. Mais il a raison de se saisir de la forme du roman, qu'il utilise magnifiquement comme pédagogue des idées. Comme dans "le problème Spinoza", il évoque à la fois, à travers la quête de ses personnages, ce qu'est la psychanalyse, et même ici comment elle se bâtit, cette "médecine de l'angoisse", mais aussi une pensée philosophique, en l'occurence celle de Nietzsche.

 

Il est très difficile de réaliser un roman avec des personnages, bien connus de surcroît, qui ont réellement existé et d'imaginer ce qui aurait pu arriver si la vie avait un peu oscillé. Très difficile d'être crédible, car nous avons besoin de croire à ce que nous lisons, et partant d'un contraste affiché avec le réel, il est encore plus compliqué de nous entraîner. Pourtant c'est le cas malgré le risque pris. Il se trouve que Yalom a appris, après avoir écrit ce roman, que ses deux personnages, qu'il met en présence, auraient pu effectivement se rencontrer, pour les raisons précises qu'il imagine. Cela a failli avoir lieu. Nous savons donc a posteriori que la fiction est ici une petite bifurcation du réel dont on va imaginer tous les développements.

 

Nietzsche et Freud sont de deux générations qui se succèdent et se superposent partiellement. Ces deux grands penseurs "du soupçon" comme on les a appelés, ont beaucoup en commun, et pas seulement leur passion pour la pensée grecque. L'un est philosophe, l'autre se veut praticien et chercheur. Les deux sont des moutons noirs dans leur milieu et en ont étudié tous les aspects pour s'en détacher, avec la conscience et l'arrogance qui sont la marque des pionniers. Freud n'aime pas trop les philosophes, excepté Schopenhauer, le premier maître essentiel de Friedrich.

 

Entre ces deux là, il y a indéniablement une continuité, ou plutôt une congruence qui n'est pas fortuite. Ils sont les premiers à s'atteler sérieusement aux conséquences de la mort de Dieu. Ces deux athées pionniers le sont, non pas par leur athéisme, mais parce qu'ils sont déjà à l'étape suivante : que fait-on de la mort de Dieu ? Comment vivre avec ? Comment en supporter l'angoisse ? Comment substituer au vide un autre contenu, proprement humain ? Comment ne pas sombrer dans le nihilisme ?

 

 

Et il y a un trait d'union vivant entre eux, qui va être utilisé par Yalom : Lou Andréa Salomé. Cette femme d'exception a bien connu les deux géants. Elle a été, très jeune, le grand amour déçu, platonique et brûlant, de Nietzsche, et elle sera des cercles psychanalytiques les plus proches de Freud. De l'idée de l'instinct derrière toute réalisation humaine, elle aboutira à l'inconscient.

 

Yalom ne pouvait pas organiser une confrontation entre Freud et Nietzsche. Car ce dernier n'aurait pu connaître qu'un jeune Freud, brillant et prometteur, mais pas encore assez mûr pour se mesurer à lui. Alors il a recours à l'un des premiers et nombreux complices de Freud, Joseph Breuer, le père en partage de la psycho-analyse, celui qui réalisa peut-être la première cure, celle d'"Anna O", le patient zéro.

 

Yalom imagine que Salomé, inquiète de l'état de santé de Nietzsche et y décelant une dimension morale profonde, vient s'adresser au médecin réputé que fut Breuer. Celui-ci va essayer, en trompant pour son bien le philosophe encore inconnu, d'appliquer la technique éprouvée sur Anna O.

 

Alors vont surgir toutes les questions posées à la psychanalyse, que les deux personnages vont essayer, chemin faisant, de résoudre ensemble. La première est : qui se soigne ? Que soigne t-on ?

 

Une seconde question surgit : la philosophie, c'est à dire la sagesse, peut-elle soigner ?  Peut-on enseigner le bonheur à coup de formules, même si on en persuade son interlocuteur ?

 

Une troisième est : suffit-il se savoir ce qui nous arrive et de le dire ?

 

Ce sont finalement les questions que se pose toute personne qui entre dans un cabinet de psychologue. Et ce n'est pas un hasard. Yalom continue son oeuvre de soin et développant son oeuvre littéraire ! Il aide ainsi chacun à se poser les bonnes questions.

 

Mais l'interrogation centrale est celle du désespoir. La mort de Dieu nous livre t-elle au désespoir ? Si oui, y a t-il une chance de le soigner ou faut-il apprendre à supporter la maladie ? Dostoïevski se promène, insensiblement, dans les pages de ce roman.

 

Le véritable jeu d'échec entre les deux personnages, Breuer étant épaulé par le jeune Freud, qui ne rencontrera pas le patient, comme un symbole de cette rencontre historique manquée, est aussi une histoire de fraternité qui malgré les réticences de Nietzsche, se bâtit. Sentiment qui manquait sans doute à Nietzsche. Tout choix se paie. Celui d'être un géant, qu'il cultivait radicalement, avait pour contrepartie la solitude, car contrairement à Zarathoustra il imaginait que ses disciples ne viendraient que bien après sa mort, ce en quoi il voyait juste. Il y a indéniablement dans le roman un essai d'interprétation psychologique du philosophe, que je trouve assez convaincant. Nietzsche pensait que les pensées et les déclarations parlaient surtout de la santé de leur émetteur. Et l'ayant fréquemment lu, j'ai souvent souri en essayant de lui appliquer ces principes d'analyse. il semble avoir souvent prôné ce qu'il subissait. Comme pour faire de ses impasses des choix, ce qu'il prône d'ailleurs avec sa théorie de l'amor fati et l'éternel retour du même. Il avait de la cohérence, le Monsieur. Son incapacité à se lier aux femmes, par exemple, était érigée en exigence philosophique. Mais elle n'était qu'un reflet de sa complexion psychique.

 

Breuer, personnage attachant, que l'on découvre autrement que dans son rapport biographique à Freud - voir par exemple la récente biographie de Sigmund Freud publiée par Elizabeth Roudinesco- va devoir en passer par une plongée, avec nous à sa main, dans la pensée nietzschéenne. Et évidemment ce ne sera pas pour lui sans conséquences.

 

Ensemble, comme dans un work in progress disséqué devant nous, de manière fascinante, ils vont peu à peu rejouer l'histoire de l'invention de la cure psychanalytique, avec ses tentatives et ses retournements de situation. Et démontrer les liens indiscutables entre la philosophie du briseur d'idoles et le freudisme, mais aussi leur divergence au final.

 

Car les deux pensées ont en commun la même intuition, qui remonte justement à Spinoza : il s'agit de "devenir qui tu es".

 

Mais comment et pourquoi ? Et c'est ici que l'on diverge. Yalom imagine ce qui aurait pu  aussi, à quelques années près, être une collaboration incroyablement stimulante. Mais la philosophie et la psychanalyse se séparent. Voila peut-être la grande leçon du roman.

 

En dire plus, ce serait aller trop loin - car une cure relève aussi de l'enquête policière- et enlever au lecteur de cet article l'envie de lire ce roman dense, éclatant d'intelligence, mais léger aussi, parfois drôle car les découvertes et l'auto expérimentation ont des effets burlesques. Léger comme Nietzsche aimait une certaine légèreté dionysiaque. Les génies ont aussi des faiblesses, qui ne les rendent que plus attachants, et parfois donnent à sourire. La pensée ne délivre pas de l'humanité.

 

C'est donc un grand roman de fidélité. Un roman de fidélité à la vocation et aux pensées qui ont élevé l'esprit de l'auteur.  Et le nôtre, possiblement.

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche