Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 14:47
Le prophète mélancolique -"Pasolini" - René de Ceccaty

C'est un étrange concept éditorial que ces biographies directement éditées en poche par Folio. Trop longues et "up" pour être des moyens de toucher un public très éloigné du sujet, trop courtes pour permettre d'entrer à fond dans des vies qui pourraient vous passionner. Mais ça doit fonctionner, sinon Gallimard n'aurait pas persisté, j'imagine.

 

Pour le fasciné de Pasolini que je suis, la biographie talentueuse de René de Ceccaty, dans ce format de 250 pages, ne pouvait que me laisser un peu frustré. Même si elle est claire, juste, touchante, fort bien écrite. Mais on voudrait plonger, plonger plus encore, après avoir lu le livre en deux jours. Plonger dans les abysses d'un personnage qui devaient les fréquenter bien souvent. Par la pensée et le corps. Il faudra une autre biographie, plus obsessionnelle. Plus exhaustive, à l'anglo-saxonne.

 

"Pasolini" de René de Ceccaty insiste sur le réalisateur de cinéma et sa conception de l'art, sur son apport par exemple en matière de mise en scène, par l'introduction de la subjectivité arbitraire et de l'expression d'une présence filmante (dérivations de la caméra qui témoignent d'un tiers).

 

Il était paradoxalement, bien qu'artiste total et transverse, de ces cinéastes qui pensaient que le cinéma n'est pas un succédané de la littérature. C'est un art qui offre une voie d'accès unique, inédite, vers la vérité. Une vérité à laquelle le mystique (et communiste, malgré l'assassinat de son frère par les communistes) Pasolini croyait, et qu'il voulait approcher en éliminant les médiations autant que possible (d'où l'attirance pour la poésie et la force directe de l'image).

 

Le livre insiste aussi sur ses tourments intimes gravitant autour de la culpabilité sexuelle. Moins sur les aspects de l'engagement politique de Pasolini et sur ses intuitions très précoces sur le capitalisme tardif. C'est peut-être dommage, mais il y a un format. Est-il raisonnable d'imposer aux écrivains des formats ? Je pense que non.

 

J'y ai appris un certain nombre de choses évidemment, même si j'en savais assez pour trouver une erreur dans la biographie (le motif de la rencontre de Pasolini avec l'acteur espagnol qui joue Jésus dans Selon Mathieu n'est pas le bon. De Ceccaty reprend au premier degré le prétexte que l'étudiant espagnol a donné aux autorités franquistes. En réalité il n'était pas en voyage d'études mais en tournée de financement de son syndicat étudiant antifasciste). .

 

Je ne savais pas en particulier l'importance que Pasolini avait eu pour Fellini. Sans Pier Paolo, "la dolce vita" aurait peut-être échoué. Il lui a dénoué le scénario. En lisant cela, je me suis souvenu d'avoir vu "la dolce vita" et d'avoir véritablement découvert Pasolini plus tard. Or, à la lecture des essais de Pasolini on songe inévitablement à l'ennui de la dolce vita, à ses scènes tournées dans des no man's land. J'avais immédiatement opéré le lien. Mais ce n'est que dans la biographie de René de Ceccaty que j'ai appris qu'il n'était pas hasardeux. Fellini et Pasolini dialogueront durablement à travers leurs oeuvres.

 

Je ne savais pas non plus le rôle de scénariste important qu'il avait eu avant de se lancer dans ses propres films. Je n'avais pas non plus conscience de sa précoce célébrité de poète reconnu, avant que le milieu du cinéma le célèbre largement de son vivant par de très nombreux prix.

 

Pasolini au moins n'a pas eu à souffrir de l'absence de reconnaissance, s'il a eu à pâtir de la haine, de la violence directe, des tracas judiciaires, personnage "clivant" par excellence comme disent les consultants en communication qui éditorialisent dans le Huffington post.

 

Il n'a jamais manqué d'amis ni d'ennemis, ou peu de temps, quand il a du s'exiler de son Frioul adoré pour Rome.

 

Je ne vais pas raconter ici la vie de Pasolini, son mode de vie si particulier, ses liens qui l'étaient tout aussi (l'amitié fusionnelle courte avec Callas, la relation particulière à certaines femmes, l'amant durable, les relations semi tarifées avec les petites frappes, le réseau d'amitiés artistique et intellectuel).

 

La biographie dont il s'agit ici a cette fonction, elle s'y astreint efficacement selon un schéma chronologique. C'est une bonne introduction à la complexité du personnage et à sa richesse, à sa singularité surtout. Il a été tellement prolixe que l'on peut consacrer des décennies à explorer ses oeuvres les plus diverses (il a été peintre, jeune, aussi, ce que je ne savais pas) et pour ma part je n'ai encore fait qu'entamer le chemin. 

 

Il ne ressemble pas à grand monde.

On voit certes souvent des intellectuels tenter de concilier un certain avant gardisme et une posture réactionnaire. Mais jamais ils ne parviennent à le réaliser de manière intégrée, radicale, sincère, et poignante, comme Pasolini. Personne n'a triché moins que lui.

 

Un aspect de Pasolini, très contemporain, qui occupe bien des débats aujourd'hui, est le débat qu'il ouvre sur le progrès, dont le rouleau compresseur lui apparaît comme un fascisme de type nouveau, plus terrible que le fascisme politique.

 

Il est tout sauf "progressiste", mais il est marxiste. Il rappelle que le rapport du socialisme à la modernité est tout sauf évident. Il y a dans le socialisme un historicisme , indéniablement. L'idée que le temps va faire son affaire au malheur du monde. Mais le socialisme est aussi une critique totale de la modernité, dont un aspect est de tout soumettre au marché, de dissocier le "social" de l'économique. Ces deux éléments - historicisme et haine du développement capitaliste- cohabitent et créent des contradictions parfois illisibles voire insolubles. A vrai dire ces contradictions ont été au coeur des schismes socialistes les plus spectaculaires, comme la rupture entre bolcheviks et mencheviks.

 

Actuellement les intellectuels et politiques débattent de la possible séparation du mouvement de contestation de l'ordre établi et de "la gauche". Pour certains (paradoxalement ils se disent très éloignés de Marx alors qu'ils reproduisent les erreurs des marxistes les plus dogmatiques et simplistes), la gauche se résume au "progrès", même. A avancer, à réformer. La gauche ce serait simplement le mouvement. Certes, ce sont des slogans vides. Mais ils prennent appui sur des intuitions puisqu'ils résonnent dans les esprits.

 

Pour d'autres, le progrès est devenu une idée diabolique. Un auteur comme Jean-Claude Michéa par exemple explique que "la gauche" et les aspirations populaires n'ont été convergentes que temporairement et que le socialisme meurt de cette alliance avec les progressistes. Il rappelle que Marx ne s'est jamais dit "de gauche" (en réalité il l'a fait, mais justement quand il était hegelien, pas encore un penseur indépendant).

 

Quoi qu'il en soit, par sa richesse en ce domaine, développée sous toutes les formes, de l'article de presse au film exigeant, l'oeuvre de Pasolini parait aujourd'hui indispensable si l'on veut déconstruire cette idée en crise du "progrès". Il nous en avait averti il y a longtemps, de cette crise là.

 

On ne peut qu'encourager à découvrir cet homme de paradoxes, ou plus positivement, de dialectiques. Un homme italien, qui ne peut absolument pas se comprendre en dehors du contexte italien, et qui pourtant s'empare des questions les plus prégnantes de la condition de l'homme moderne, à travers sa relecture cinématographique de Médée par exemple, réflexion très utile encore aujourd'hui, sur le heurt entre le "tiers monde" et l'occident, ou sa critique de la société de consommation.  La biographie de René de Ceccaty est un rivage comme un autre vers lui.

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche