Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 18:48

     
 Dans "Haute Fidélité", (le film, pas le livre que je n'ai pas lu !), les personnages qui squattent une boutique de disques un brin poussive, s'amusent sans cesse à créer des listes TOP 5... Par exemple, les 5 meilleurs titres qui parlent de rupture amoureuse.

 Ca peut sembler un peu snob, ou  "bolino culturel", mais cet exercice est assez intéressant. Il oblige à s'interroger sur l'essentiel. Tâche philosophique par excellence.

 Pour inaugurer ce blog dédié à la lecture, je vais donc proposer le TOP 20 de mes lectures. Arbitraire, injuste, déséquibré. Mais mon TOP 20 à moi.

 

 Attention : ce ne sont pas les 20 livres pour une île déserte. Dans ce cas, on doit songer à la quantité. La Recherche du Temps Perdu est obligatoire, comme Fondation d'Asimov qui court sur six tomes. Guerre et Paix et La Bible embarquent

 

Lançons nous. La liste n'a aucune organisation logique. Ce sont les 2O livres que je voudrais absolument avoir lus si j'avais une deuxième chance.

                    - Le Grand Meaulnes, Fournier.
                    
                    - Voyage au bout de la Nuit,  Céline
                    
                    - La plaisanterie,  Kundera
            
                    - La ferme des animaux,  Orwell

                    - L'Odyssée, Homère

                    - Le château,  Kafka

                    - Sans patrie ni frontières,  Valtin
                    
                    - L'espèce Humaine, Antelme

                    - Tome 1 du Capital,  Marx (je n'ai pas lu les autres...)
            
                    - L'éducation sentimentale, Flaubert
                
                    - Le Zéro et l'Infini,  Koestler

                    - Un amour de Swann,  Proust
            
                    - La nausée,  Sartre

                    - American Psycho,  Easton Ellis

                    - Histoire de la Révolution Russe, Trotsky

                    - Les possédés, Dostoïevski

                    - Pensées à moi-même, Marc Aurèle

                    - Le Comte de Monte Cristo,  Dumas
        
                    - Ubik, P. K Dick

                    - La condition humaine, Malraux


Eventuels consultants de ce Blog, je vous invite à proposer votre liste alternative, en Commentaires.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com - dans Reading Lists
commenter cet article

commentaires

Nicolas 24/09/2016 01:49

Je me lance à mon tour dans cet exercice difficile (tellement de livres !) mais obligeant à faire doucement remonter à la surface les ultimes pépites.. " pour moi en tout cas..

- Alexis Zorba de Nikos Kazantzakis Roman baroque et génialissime, drôle et profond, plein de lumière et de vie

- Apologie de Socrate de Platon, ma rencontre avec la philosophie grecque..

- L'Illiade et l'Odyssée d'Homère Pour Achille, et puis Hector et Ulysse et puis les autres...

- La fête au bouc de Mario Vargas Llosa Grand livre, à mon avis son meilleur et de loin et qui au delà de la puissance dramatique et narrative est une description très pertinente de la mécanique des systèmes autoritaires

- Dune de Franck Herbert pour Arrakis, la planète des sables et ses Fremen.. Très grand roman de SF.. et tellement plus !

Le comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas, en souvenir de la nuit blanche passé à accompagner Edmond Dantès..

Michel Strogoff de Jules Vernes (Pour l'enfance à jamais renouvelée)

- Fortune de France de Robert Merle Auteur connu mais pas reconnu à sa juste valeur à mes yeux, sa saga est une des plus belles et crédibles épopées historiques écrites

- Les Misérables de Victor Hugo , Pour Totor ! Et ses incroyables digressions..

- Hommage à la Catalogne de Georges Orwell, bouleversant témoignage d'un pays où se tramait le destin de l'Europe et pour la modeste grandeur de l'écrivain

- Les guerriers du silence de Pierre Bordage, splendide opéra de l'espace ! Avec un imaginaire hors du commun

Le seigneur des anneaux de Tolkien

Antigone de Jean Anouilh

Les deux sacrements d'Heïnrich Boll, lumineuse et délicate écriture du grand écrivain allemand tout en filigrane et ellipses sur le drame du nazisme

Discours de la servitude volontaire d'Etienne de la Boétie, éternel !

Rendez vous d'amour dans un pays en guerre de Luis Sépulvéda, de très belles nouvelles de l'écrivain chilien et quel titre !

L'homme révolté d'Albert Camus, pour les révoltés, les purs les vrais ;-)

Un singe en hiver d'Antoine Blondin

Le monde d'hier de Stefan Zweig

L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono

jérôme Bonnemaison 24/09/2016 21:12

excellent ! je n'ai pas tout lu. Mais certains sont dans mon propre panthéon, qui a évolué depuis cet article d'il y a six ans

Charlène 10/01/2015 01:02

- Voyage au bout de la nuit***, Céline, ex-aequo avec Mort à crédit***, le premier pour la claque, le deuxième pour la langue
- La Véritable Histoire du dernier roi socialiste, Roy Lewis
- Le Mythe de Sisyphe**, Albert Camus
- Robots, Asimov, et puis aussi Fondation
- Bonjour tristesse, Sagan, juste parce qu'il a produit l'effet miracle qu'il fallait quand il fallait
- Monstres invisibles***, Palahniuk, une bombe, plus encore que Fight Club
- Les Passants***, Giudicelli, ma petite perle inconnue
- tout Racine et s'il ne fallait en choisir qu'un, Phèdre***
- Vendredi ou les Limbes du Pacifique***, Tournier
- Le Soleil des Scorta**, Gaudé
- Mal de pierres, Agus
- La Promesse de l'aube, Gary
- Jules César**, Shakespeare
- On ne badine pas avec l'amour, Musset
- Lettre à D.**, Gorz
- L'Île au trésor, pas transcendant, mais mon enfance
- Les Liaisons dangereuses, brillant, tout de même
- Barthes, quand même, peut-être plus par fragments qu'un titre en particulier, quoique Sur Racine ou Sade, Fourier, Loyola
Ca doit bien faire 20. Préférences aux étoilés.

Lore 04/05/2013 16:15

Rien que du très classique... Pas très original mais bon, c'est un top 20. Je m'en suis tenu à la seule littérature (enfin je veux dire hors poésie et essais) Mes critères : le bouleversement
intime et les pleurs de bonheur devant le style. Le classement, lui, est très très ardu. J'ose enfin. Même si c'est la chose la plus difficile que j'aie eu à faire jusqu'à présent ! Oui, je le
reconnais, ma vie est un drame de chaque instant. En même temps, pour qui ne l'est-elle pas ? Pour paraphraser je ne sais plus qui, chaque jour -de lecture- à vivre est une victoire, chaque jour
vécu, une défaite... Ou pas loin ! Bon, j'y vais. (Promis, je commente pas chaque titre. Je le ferai sur mon blog, un jour... peut-être... ;-)

- Anna Karénine / Tolstoi
- Crime et châtiment / Dosto
- Le nom de la rose / Eco
- Ulysse / Joyce
- Le maître et Marguerite / Boulgakov (merci !!!!)
- À la recherche du temps perdu / Proust (l'intégrale !)
- L'oeuvre entière d'Agatha Christie (parfaitement oui, et aussi haut, oui !)
- Le meilleur des mondes / Huxley
- L'éducation sentimentale / Flaubert
- Jane Eyre / Brontë
- Si c'est un homme / Levi
- Le journal d'Anne Frank
- Le portrait de Dorian Gray / Wilde
- La confession d'un enfant du siècle / Musset
- Le jeu des perles de verre / Hesse
- Mémoires d'outre-tombe / Chateaubriand
- Les chants de Maldoror / Lautréamont
- Tendre est la nuit / Fitzgerald
- Les âmes mortes / Gogol
- Phèdre et toutes les pièces tragiques de Racine

Et s'il ne s'agissait pas d'un top 20, je me serais permis de continuer avec
- Pères et fils / Tourgueniev
- Aurélien / Aragon
- Les déracinés / .... Hum... J'ai un peu honte d'écrire son nom ici. Déjà que Chateaubriand est très haut dans mon panthéon personnel !!...
- La mère / Gorki
- Les ambassadeurs / H.James (à rajouter d'ailleurs à une liste qui traiterait de la "mobilité"...)
- Le diable au corps / Radiguet (lu très très jeune d'où le maxi effet !!)
- Mrs Dalloway et Promenade au phare / Woolf
- Aurélien / Aragon
- et tant d'autres......... Mais je ne le fais pas parce que ce n'est qu'un top 20 ;-)
Voilà.
Et merci à toi pour cet extraordinaire blog grâce auquel on se dit que si une vie ne suffira pas, peut-être que deux ou plusieurs ensemble, oui...

jérôme Bonnemaison 04/05/2013 21:44



merci Lore.


On en a en commun quelques uns. Je n'ai pas mis boulgakov dans le mien, mais j'aurais pu.


Aurélien, non, j'suis pas d'ac là. C'est quand même un peu lourd. Comme une sauce trop lourde. Musset à mon avis vaut de par sa "représentativité" de l'époque. Mais en tant que tel, quand même
pas dans le top.... 


Je n'ai pas lu la recherche en entier, je veux le faire, mais ce blog m'en empêche en fait.... (c'est vrai, faudrait que j'arrete de lire un moment autre chose). Donc j'ai ciblé un amour de swann
que j'ai lu en poussant des exclamations contre swann (ce qui ne m'est jamais plus arrivé)


Les âmes mortes sone en attente dans ma bibli. Je n'ai lu que l'aspect st petersburg chez gogol. Mais elles vont bientot sortir de leur obscurité


Enfance de gorki est un grand souvenir de lecture de mes 14 ans je crois. Mais pas lu la mère


Fitzgerald, oui.


Woolf, va falloir que j'écrive à ce sujet, vu la direction actuelle de ce blog... puis pour rendre hommage à sa biographe défunte, viviane forrester


C'est bien mélancolique tout de même....tout ça. Les russes. Toutes les générations perdues (musset, flaubert, fitz)


Dommage d'avir écarté le hors roman. Tu m'en fais un deuxième ???? 


Eco, tu rends pas un peu hommage à ton amour de la littérature quand tu étais jeune, plutôt qu'au livre lui-même ? Oui, moi aussi, j'ai aimé, mais c'est surtout bien foutu comme roman quand même.


Racine, là, c'est indiscutable.


Si c'est un homme.... Evidemment. Mais ca ne reste pas pour moi le plus marquant des témoignages. Celui qui m'a le plus marqué, c'est robert antelme. J'ai prévu d'aller découvrir charlotte delbo,
que j'ai éludée.


 


Merci, alors un top 20 hors romans ???????? stp ???



Claudine Cieutat Majdabdi 16/01/2013 23:39

-La Petite princesse de Frances Burnett
- Le Troisième âge du capitalisme d'Ernest Mandel
- Le Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas
- L'Education sentimentale de Gustave Flaubert
- Au Dieu inconnu de John Steinbeck
- Les Annales du Disque Monde de Terry Pratchett
- Coulez mes larmes dit le policier de P K Dick
- En famille d'Hector Malo
- Pot-Bouille d’Émile Zola
- Eureka Street de Robert McLiam Wilson
- Les Disparus de Saint-Agil de Pierre Very
- Sang maudit de Dashiell Hammett
- Les Grenouilles d'Aristophane
- La Cyropédie de Xénophon
- Concert baroque d'Alejo Carpentier
- tout Swift
- les Contes de Voltaire
- Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure
- Poèmes saturniens de Paul Verlaine
- The Road by Cormac McCarthy
et quelques centaines d'autres que je pourrais y substituer demain...

jérôme Bonnemaison 17/01/2013 00:03



y en a que je connais pas du tout. On en a deux en commun : flaubert et dumas. La route, j'aurais pu le mettre. Après y a quelques auteurs que j'ai lus, mais pas ces ouvrages : k dick (j'avais
mis ubik)


Mandel et Saussure.... Mouais.... T'es sure ?



régis lagrifoul 02/01/2011 13:37


comme promis, je me lance....en vrac:
- les possédés de dostoievski car kirilov est extraordinaire et que j'adore le style, le récit des brisures, de la recherche...en fait j'aime les réacs!
- l'invitée de simone de beauvoir car ce livre m'a scotché trés jeune et se lit comme un road movie...
- la nausée du mec de la précédente car cet homme m'a marqué trés jeune à aborder la question fondamentale de notre place au monde...
- la route de los angeles de john fante car tous ses livres sont fantastiques mais celui çi est le premier avec arturo bandini et une scène inoubliable: le meurtre des crabes sur la plage...
- les racines du mal de dantec car j'ai adoré ces premiers romans et suis tombé à fond dans celui çi avec ce road movie meurtrier et apocalyptique....
- les dix petits nègres car j'ai passé ma petite jeunesse à dévorer agatha christie et celui çi reste celui dont je me souviens...
- le jaures de max gallo car c'est ma découverte avec la vie de ce grand socialiste....
- le trotsky de broué car c'est ma découverte avec la vie et les analyses de ce grand socialiste....
- guerre et paix de tolstoi car mes parents ( ma maman en fait!) avaient une bibliotèque avec "les auteurs russes" et que j'ai dévoré ca...
- les justes de camus car j'adore son théatre et certaines de ces analyses...pas toutes car je suis plus jean paul!
- les particules élémentaires de houellebecq carle style me touche et le propos me semble frapper juste souvent....j'aime les réacs c'est clair donc...
- il viendra de attali car j'aime beaucoup les romans de ce triste personnage...
- le tome sur louise michel dans la collection "les grands révolutionnaires" éditée par le ps dans les années 70....il y'avait la collection à la maison et j'ai toujours eu une grande tendresse
pour louise...
- l'ancien testament car j'ai passé ma vie à ne pas croire et à lire des textes religieux...
- le seigneur des anneaux car cette lecture est pour moi un énorme souvenir: à 14 ans j'étais malade et à la maison et j'avais lu tous les tomes en deux jours....et avais épaté mes potes grace à la
"lecture rapide"....
- le voyage au bout de la nuit de céline...pour la même raison que laurent....j'avaislu un jour de maladie aussi....
- la trilogie usa car jean paul a raison: c'est bien un des plus grands romanciers du monde....
- un james elroy...je choisis le dalhia noir....car j'adore les polars et que c'est un des meilleurs sur le fond....
- les tuniques bleues....je cherchais une bd...j'hésite beaucoup à choisir dans mes lectures d'aujourd'hui...du coup je choisis ce que je lisais petit....
- peut être le livre dont tu nous parlais hier soir....qu'il me tarde de lire....


jérôme Bonnemaison 02/01/2011 14:49



Merci.


Ce ne sont que d'excellents livres. D'ailleurs, j'en évoque certains au détour de certains articles (ex le grand jaurès, très réussi). 42eme parallèle de Dos Passos était impressionnant. Je m'en
suis beaucoup souvenu quand j'ai lu l'admirable"histoire populaire des Etst-Unis" d'Howard Zinn.


Je n'ai pas lu ce livre de Fante, ni "l'invitée" qu'on me cite souvent. Merci pour la suggestion.


Ellroy... je me demande si "un tueur sur la toute", pourtant mesésetimé, n'est pas le meilleur.


Dantec et Attali, là tu charries. Sur la religion, je te conseille, si tu ne les connais pas déjà, les choses produites par ARTE : corpus deï (livre et dvd) avec une vision critique du nouveau
testament, et le plus récent "les origines du christianisme". Qui m'ont personnellement passionné.


"Les justes" m'ont marqué. D'ailleurs, c'est un peu éloigné de ce qu'on voudrait retenir de camus aujourd'hui (le camus version nouvel obs, bien lissé).


Et dans le genre réac admirable, il y a charles peguy, peut-être le meilleur style de l'écriture française. Il a écrit "notre jeunesse" dans un moment où il évoluait du socialisme jauressien à
une mystique républicaine qui allait le mener au nationalisme. C'est un livre à ne pas rater.


Houellebecq, quand même, ne mérite pas autant d'égards à mon sens. Même si c'est une voix particulière, et distrayante.


 


 



Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche