Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 18:11

Napoleons_retreat_from_moscow.jpg Quel petit garçon (d'un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître) n'a frémi devant une vitrine de magasin de jouets présentant des soldats de plomb de "la grande Armée" napoléonienne ?

Je suis allé quatre fois en Corse par bateau depuis Marseille ou Toulon, étant enfant. J'en ai peu de souvenirs : la soute, comme le ventre d'une baleine pleine de voitures dévorées ; les montagnes d'écume soulevées par l'hélice géante, et les vitrines décorant les couloirs de ce bateau ( qui s'appelait le Napoléon ou le Bonaparte sans doute) reproduisant telle bataille avec des dizaines de figurines. J'y vois encore les grenadiers,  les Dragons, les  anachroniques Mamelouks, les Uhlans, et l'Empereur lui-même. J'étais émerveillé. Cependant, les seules épées que j'ai rencontrées en Corse sont les épines d'un oursin, qui a impitoyablement vaincu ma voûte plantaire.

Patrick Rambaud, qui s'illustre aujourd'hui par ses successives et piquantes "Chroniques du règne de Nicolas 1er", a du beaucoup rêver d'Austerlitz ou du Pont de Lodi.

Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus sur cette époque brève et dense, où l'ambition d'un homme adopta une forme tout à fait extraordinaire, il  n'est pas obligé d'en passer par les sommes historiques d'un Jean Tulard. Les petits romans en poche de Patrick Rambaud suffisent déjà pour se plonger, avec plaisir, dans cette Europe en proie à des bouleversements gigantesques, aux côtés des grognards.

- Il y a son meilleur livre, "La Bataille", qui relate la confrontation avec les autrichiens à Essling, à deux pas de Vienne. On y apprendra ce qu'était la guerre (40 000 morts pour rien). Cette bataille a ceci d'intéressant qu'il n'en ressort aucun vainqueur. Ou aucun vaincu. A l'instar, peut-être du résultat ultime de toutes les guerres. Les seuls vaincus, ce sont ceux qui restent sur le champ, les mutilés et leurs familles. Et les peuples qui financent l'effort de guerre.
essling.jpg - Il y a "Il neigeait", qui conte la retraite de la Bérezina, après l'incendie de Moscou. On gèle avec les soldats et on vit de l'intérieur l'écroulement dantesque de l'armée française.

- Il y a le moins tumultueux "Le chat botté" qui porte sur le moment où Bonaparte sauve le Directoire grâce à quelques canons et rencontre Joséphine. Le tremplin qu'il ne fallait pas manquer. La chance sourit aux audacieux. Ce livre a pour intérêt de jeter la lumière sur une époque méconnue, et sur ces fripouilles acoquinées aux royalistes qui alors s'emparèrent du pouvoir, abattant Robespierre et se grimant en libérateurs.

- Il y a "L'absent", qui cible cet épisode loufoque (parmi tant et tant d'incroyables) de l'exil à l'Ile d'Elbe et de la préparation du retour au pouvoir - inconcevable mais réel -  d'un homme fort de son seul prestige et de son culot. Sa seule apparition suffisant à abattre un régime.

Arrivee-Napoleon9 Je ne suis pas bonapartiste pour un sou. Je sais ce que signifie cette formule politique, tour de passe-passe pour tout changer pour que rien ne change. Je n'ai nulle sympathie pour cet homme qui était un opportuniste et un mégalomane meurtrier. Même s'il a préservé des acquis de la Révolution. Et même s'il en a enraciné des principes essentiels (le Code Civil), qu'il a répandu en Europe comme une semence qui rejaillira violemment en 1848.

Mais cette épopée qui court sur quinze années stupéfiantes ne peut que nous passionner.

Dans un style tout aussi alerte, aisé à lire mais diablement efficace, il y a les quatre tomes du "Napoléon" de Max Gallo, écrit sur le mode du récit historique. Comme un roman vrai.

Gallo a du écrire ce livre à un moment où il devait flotter entre souverainisme républicain et nationalisme assumé, avant de sombrer dans cette dernière ornière. Son admiration pour la geste napoléonienne est trop perceptible. Et si on le suit, Napoléon n'avait pas le choix de mettre à sang toute l'Europe... pauvre France impériale menacée de tous bords... Ca m'ennuie ainsi de le dire, mais ce livre est vraiment réussi, de bout en bout. On y vibre dans le maquis Corse. On suit pas à pas le jeune apprenti officier jusqu'au faîte de l'Europe et on mesure sa déchéance vertigineuse.

Gallo, malgré sa productivité suspecte, tous ses défauts d'intellectuel systématique et les sottises politiques qu'il profère sur les plateaux télévisés, est un bon écrivain populaire. Son "Grand Jaurès" est excellent, et sa biographie de Rosa Luxembourg ne démérite pas. Rambaud et Gallo sont brillamment "élitaires pour tous".

Tant que vous y êtes, allez visiter les salons Empire au Louvre. Pour vous en imprégner. Et regardez Napoléon du point de vue Russe, avec Tolstoï.

rosa2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche