Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 09:43

Le voyeurisme intellectuel, un genre littéraire ("Confidences" de Frida Kalho)
C 'est un ouvrage soigné, dont l'édition a été tout sauf désinvolte. Richement illustré de reproductions des oeuvres de Kalho et de jolies photos de l'artiste. "Frida Kalho", Confidences", de Salomon Grimberg est pourtant à mon sens un livre décevant,...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Art
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 08:33

Cauchemar noir sur fond de fusion des droites ("le bloc" de jérôme Leroy)
A vec "Le Bloc", Jérôme Leroy nous livre un roman noir politique de bonne facture. Je viens de le lire pendant cet entre deux tours de législatives. Quinzaine sinistre qui aura vu la digue dressée par De Gaulle entre la droite dite républicaine et les...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Policier
commenter cet article
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 08:14

A l'origine de tout (discours sur l'origine de l'univers d'Etienne Klein)
N ous avons déjà arpenté le fascinant et difficile chemin des origines... de Tout. Avec Stephen Hawking ( A la fin du livre, vous saurez pourquoi et comment l'Univers est apparu (sans blague...) ). N ous y revenons ici avec un petit essai plus aisé, plus...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Science
commenter cet article
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:04

Laurent Binet creuse un nouveau genre, le métaroman historique
(Ce matin, lendemain de levée de Brennus de mon équipe d'Ovalie favorite, et accessoirement de législatives, je pars chercher cette madeleine de Proust qu'est pour moi la lecture de la Dépêche du Midi et de l'Equipe relatant ces finales gagnées. La dixième...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Romans
commenter cet article
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 08:05

Philip K Dick est vivant et vous êtes morts ! (Emmanuel Carrère)
E mmanuel Carrère aime, pour paraphraser un de ses titres, "les autres vies que la sienne". Nous l'avons vu dans ce blog avec Limonov Ed. Limonov, balise argos jetée dans le chaos russe (Emmanuel Carrère) . Il aime ces personnages improbables, qui recèlent...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Biographie
commenter cet article
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 08:35

Prolégomènes à un suicide (La mort difficile, de René Crevel)
"La mort difficile" de René Crevel est un court roman autobiographique sacrément triste, et plombant... Il eut pu être titré "prolégomènes à un suicide", celui de l'auteur neuf ans plus tard. C'est un roman imprégné d'un surréalisme hâbilement bridé (Crevel...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Romans
commenter cet article
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 20:40

Géométrie meurtrière (Cadix, ou la diagonale du fou d'Arturo Perez-Reverte)
L a guerre d'Espagne de Napoléon, on ne s'en souvient guère, sinon grâce à Goya souvent reproduit dans les manuels de castillan. L'Espagne fut pour le despote corse ce que le désert africain fut à l'Allemagne hitlérienne : la première défaite, la fin...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Romans
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 21:57

Penser pour être heureux ou regarder la réalité en face ? ("le bluff éthique")
M algré son nihilisme et son relâchement presque assumé, l'essai de Frédéric Schiffter , intitulé "le Bluff éthique", est intéressant à lire. Comme tout pamphlet, écrit clairement dans un langage très commun, sans plus d'affectation pédagogiq ue que cela...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Philosophie
commenter cet article
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 08:22

Les Borgia, les monstres et la crise (Klabund)
" L es dingues et les paumés se traînent chez les Borgia " chante HF Thiéfaine dans une belle chanson surréaliste. Et si HFT a raison, on peut dire que c'est un sacré cirque gore qu'ils ont choisi comme lieu de retraite... J'en reviens moi-même, à travers...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Romans
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 09:21

Génétique en bandoulière, par delà les pyrénées (dessins de Josep Bartoli)
C 'était hier le 14 avril, l'anniversaire de la République Espagnole assassinée par le fascisme européen, la lâcheté et le cynisme des démocraties libérales. Malheur aux vaincus. Si je suis là, devant mon écran, c'est aussi parmi d'autres flux, parce...
Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Oeuvres politiques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche