Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 08:14

 

japanlectrice 

Quelques livres parmi tant d'autres qui n'existent pas et que j'aimerais lire :

 

- "Mémoires", Jean Moulin

 

- "Mes vacances avec Scarlett Johansson et Catherine Zeita Jones", Jérôme Bonnemaison

 

- "Les succès de mon deuxième mandat", Barack Obama

 

- "Stade Toulousain, l'année du doublé", Daniel Herrero

 

- "Pardon à tous !", Tony Blair

 

- "Scénario et dialogues de "l'affaire Woerth" de Claude Chabrol", Jean-Patrick Manchette

 

- "Mes vérités sur ma jeunesse", François Mitterrand

 

- "Le gaz carbonique comme carburant", Que Sais-Je ?

 

- "Pour éviter à coup sûr le cancer, mangez du chocolat", Rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé

 

- "J'existe !" , le Père Noël

 

- "Autocritique", Lionel Jospin

 

- "Mon Ghost Writer était ivre et sociopathe", Milton Friedman

 

 - "Mes trucs et astuces ", Jeanne d'Arc

 

- "Pardonnez-moi Monsieur Freud, j'ai rencontré mon Inconscient. Ca existe", Michel Onfray

 

- "La mort de l'immonde Staline", Léon Trotsky

 

  - "On a enfin trouvé Godot", Samuel Beckett

 

- "Contre l'Union Sacrée" Jean Jaurès

 

- "Millenium Tome 4", Stieg Larsson

 

- Les chapitres manquants de "Suite Française" qu'Irène Nemirovski n'a pas pu écrire car elle a été déportée et assassinée par les nazis.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jérôme Bonnemaison - dans Reading Lists
commenter cet article

commentaires

Granger Lucas 01/02/2011 19:39


J'espère qu'un jour je pourrais écrire avec toi "Mes vacances avec Scarlett Johansson", ça sonne très bien...


jérôme Bonnemaison 02/02/2011 11:01



 


Toi tu grandis vite, décidemment...



A_girl_from_earth 23/01/2011 23:28


Je pense que je vais l'exploiter et la faire circuler via un tag, ça peut être sympa.:)


A_girl_from_earth 21/01/2011 23:31


Excellent cette idée de liste!
Bienvenue dans la communauté Lecture sans frontières et au plaisir des échanges!


jérôme Bonnemaison 21/01/2011 23:46



 


Merci.


Tu pourrais peut-être lancer le principe de cette liste dans la communauté...



Damian 18/01/2011 10:20


C'est ta femme qui a rédigé la préface de 'Mes vacances avec Scarlet Johanson et Catherine Zetta Jones" ?


jérôme Bonnemaison 18/01/2011 14:13



Non, elle a écrit la Post Face !



Présentation

  • : Le blog de mesmilleetunenuitsalire.over-blog.com
  • : le blog d'un lecteur toulousain assidu
  • Contact

Lectures de Jérôme Bonnemaison

 

Un sociologue me classerait dans la catégorie quantitative des « grands lecteurs » (ce qui ne signifie pas que je lis bien…).


ete2010-035.jpg

 

 

D’abord, tout petit, j’ai contemplé les livres de mes parents qui se sont rencontrés en mai 68 à Toulouse. Pas mal de brûlots des éditions Maspero et autres du même acabit… Je les tripotais, saisissant sans doute qu’ils recelaient des choses considérables.

 

Plus tard, vint la folie des BD : de Gotlib à Marvel.


Et puis l’adolescence… pendant cette période, mes hormones me forcèrent à oublier la lecture, en dehors des magazines d’actualité, de l'Equipe et de Rock’n Folk. Mais la critique musicale est heureusement lieu de refuge de l’exigence littéraire. Et il arrive souvent aux commentateurs sportifs de se lâcher.


 

De temps en temps, je feuilletais encore les ouvrages de la  bibliothèque familiale A quatorze ans, je n’avais aucune culture littéraire classique, mais je savais expliquer les théories de Charles Fourier, de Proudhon, et je savais qui étaient les « Tupamaros ».


 

J’étais en Seconde quand le premier déclic survint : la lecture du Grand Meaulnes. Je garde  le sentiment d’avoir goûté à la puissance onirique de la littérature. Et le désir d’y retoucher ne m’a jamais quitté.


 

Puis je fus reçu dans une hypokhâgne de province. La principale tâche était de lire, à foison. Et depuis lors, je n’ai plus vécu sans avoir un livre ouvert. Quand je finis un livre le soir, je le range, et lis une page du suivant avant de me coucher. Pour ne pas interrompre le fil de cette "vie parallèle" qui s’offre à moi.

 

 

Lire, c’est la liberté. Pas seulement celle que procure l’esprit critique nourri par la lecture, qui à tout moment peut vous délivrer d’un préjugé. Mais aussi et peut-être surtout l’impression délicieuse de se libérer d’une gangue. J’imagine que l’Opium doit procurer un ressenti du même ordre. Lire permet de converser avec les morts, avec n’importe qui, de se glisser dans toutes les peaux et d’être la petite souris qu’on rêve…


 

Adolescent, j’ai souvent songé que je volais, par exemple pour aller rejoindre une copine laissée au port… Et la lecture permet, quelque peu, de s’affranchir du temps, de l’espace, des échecs , des renoncements et des oublis, des frontières matérielles ou sociales, et même de la Morale.

 

 

Je n’emprunte pas. J’achète et conserve les livres, même ceux que je ne lis pas jusqu’au bout ou qui me tombent des mains. Ma bibliothèque personnelle, c’est une autre mémoire que celle stockée dans mon cerveau. Comme la mémoire intime, elle vous manque parfois, et on ne saurait alors dire un mot sur un livre qu’on passa trois semaines à parcourir. Mais on peut à tout moment rouvrir un livre, comme on peut retrouver sans coup férir un souvenir enfoui dans la trappe de l’inconscient.


 

Lire est à l’individu ce que la Recherche Fondamentale est au capitalisme : une dépense inutile à court terme, sans portée mesurable, mais décisive pour aller de l’avant. Lire un livre, c’est long, et c’est du temps volé à l’agenda économique et social qui structure nos vies.  


 

Mais quand chacun de nous lit, c’est comme s’il ramenait du combustible de la mine, pour éclairer la ville. Toute la collectivité en profite, car ses citoyens en sont meilleurs, plus avisés, plus au fait de ce qui a été dit, expérimenté, par les générations humaines. Le combat pour l’émancipation a toujours eu partie liée avec les livres. Je parie qu’il en sera ainsi à l’avenir.


 

J’ai été saisi par l'envie de parler de ces vies parallèles. De partager quelques impressions de lecture, de suggérer des chemins parmi tant d’autres, dans les espaces inépuisables de l’écrit. Comme un simple lecteur. Mais toujours avide.


 

Je vous parlerai donc des livres que je lis. Parlez-moi des vôtres.

 

 

Jérôme Bonnemaison,

Toulouse.

Recherche